Une telle saison de bijoux !

Combien d’expositions de bijoux auraient mérité un post depuis le précédent ? Tant que je n’ose même plus y songer : entre les expositions « institutionnelles » : bijoux d’artistes au MAD, à poursuivre absolument avec la galerie Mini-Masterpiece, les bagues d’hommes exposées à l’École des Arts Joailliers, un peu plus loin l’incroyable collection de « Bijoux, objets ambigus » à Bruxelles… et les expositions de nos galeries parisiennes : les bagues chez Sophie etc…, l’incontournable Monika Brugger  et ses mouches chez  Objet Rare, Esther Assouline et ses pièces antiques chez Elsa Vanier, sans parler de la Triennale du bijou contemporain aux Ateliers de Paris, les joailliers qui se sont réunis à l’hôtel Westminster….
Non vraiment, tout ceci n’est malheureusement pas rattrapable, mais quelle belle saison !

Fort heureusement, les semaines arrivent chargées de bijoux contemporains ou joailliers : l’exposition de la galerie Elsa Vanier qui a proposé un dialogue entre françaises et israéliennes pour la saison France-Israël a fait place à celle de l’IMNA (jusqu’au 20/12) qui rassemble quatre « générations » de créateurs israéliens. Un travail des matières souvent intriguant et impressionnant, mêlé d’une réflexion avec les concepts et les symboles ; il règne dans cette exposition une atmosphère très subtile grâce au travail de JY Le Mignot et Nicole Brémond. Quelques autres galeries du parcours dont Objet Rare (jusqu’au 15/12) avec 4 créateurs et la Galerie Maslo avec notamment Attai Chen (jusqu’au 22/12) accompagnent cette saison.
https://www.institut-metiersdart.org/agenda/exposition/quatre-generations-bijoux-israeliens

 

Variété également à la galerie Elsa Vanier qui rassemble à partir du 9 décembre en « kaléidoscope » 8 créateurs européens : Donna Brennan (GB), Luisa Bruni (IT), Ute Decker (GB), Laura Forte (IT), Fraser Hamilton (GB), Daphne Krinos (GB), Mark Nuell (GB) and Cristina Zani (GB), après la visite ce week-end de de Niessing, à ne pas manquer non plus.

Kaléidoscope, jusqu’au 22 février 2019.

G Elsa Vanier expo Kaleidoscope 2018.png

J. Moenne à la galerie MiniMasterpiece

La galerie Mini-Masterpiece propose également une nouvelle exposition, avec des bijoux de François Azambourg et Jonas Moënne, ce dernier sertissant ses pierres dans la porcelaine ! Jusqu’au 2 février 2019.

 

 

Les salons sont également l’occasion de rencontrer directement nombre de créateurs.
Le Caroussel du Louvre ouvre ses portes aux métiers d’art et de la création du 6 au 8 décembre 2018 et vous pourrez y croiser entre autres Claire Wolfstirn et ses nouveaux bijoux de titane, Benedickt Aïchelé, gemmes originales et formes d’un équilibre inégalé, Claire Marfisi, bijoux céramique, ainsi que de plus jeunes créatrices comme Zoé Montagu, son travail sur le crin, Clémentine Despocq, bijou très contemporain, et sûrement d’autres encore.

https://www.carrousel-metiers-art.com/fr/accueil.html

Amélie Viaene, elle, installe son atelier-boutique au 62 rue Vaneau et nous invite à son inauguration du 7 au 9 décembre 2018.

Amelie Viaene

De quoi se changer les idées et arriver à la fin de l’année avec les yeux emplis d’un peu de beauté…

 

Publicités
Publié dans Uncategorized | Tagué | Laisser un commentaire

Le printemps des bijoux

Chassons la pluie et les nuages pour imaginer un printemps léger et fourmillant de nouveautés ! Deux galeries au moins nous permettent ce pari avec leurs expositions, encore pour quelques jours jusqu’au 31 mars à la galerie Sophie etc… et jusqu’au 21 avril pour la galerie Elsa Vanier.

Galerie Sophie Etc...

metylis-schaefer

Avec un air de renouveau des Parcours Bijoux, la galerie Sophie etc… n’a pas hésité à inviter une foule de créateurs de bijoux qui offre ainsi une variété de bagues, des plus épurées aux plus baroques, mêlant argent, pierres ou matières insolites. Il faut l’oeil exercé de l’amateur pour reconnaître l’empreinte de chacun des bijoutiers dont les bagues sont dispersées selon une alchimie savamment concoctée par Sophie, pour le plaisir de découvrir de nouveaux univers au milieu de nos créateurs préférés.

Quelques images empruntées et à retrouver sur la page Facebook de la galerie :

Jusqu’au 31 mars, 2 rue Gambey Paris 11e.

Avec la même énergie printanière, la galerie Elsa Vanier offre des bijoux en trompe-l’-oeil sur le thème d’Apesanteur : Métylis (Marie Grimaud) qui aime le mélange des matériaux : ses papiers japonais, tel du coton aérien, structurés en origami ou déformés pour les rendre nuageux, mêlés à l’or et aux diamants en des pièces joaillières poétiques ; hochets au tintement ensorcelant des bagues et pendentifs de Gitte Bjorn, à adopter en gri-gri ; les bagues ou pendentifs humoristiques et néanmoins subtilement techniques de Kim Buck ; le titane toujours étonnamment travaillé par Fabrice Schaefer ou enfin les bijoux intrigants et réflexifs de Céline Sylvestre… Une sélection très contemporaine pour s’interroger sur notre rapport au corps, s’émouvoir et s’émerveiller.

Jusqu’au 21 avril, 7 rue de l’Odéon, Paris 6e.

Enfin, vous pouvez également profiter des journées de Métiers d’Art, du 3 au 8 avril 2018 pour rencontrer nombre de créateurs et visiter des lieux animés pour l’occasion.

Bonnes expositions !

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

D’un bijou pour Noël au Parcours Bijoux

Long time no read… Cet article pourrait s’intituler comme le précédent : Des bijoux dans tout Paris !
Il vous reste encore aujourd’hui pour découvrir les créateurs, moins nombreux mais tout autant talentueux du Salon « un bijou pour Noël », place Saint Germain des Prés.
Des photos très inspirées d’un bijou et de leur créateur sont visibles sur le site Instagram du salon : https://www.instagram.com/unbijoupournoel/ comme ceux-ci par exemple : un bijou pour noel 2017

Avec une mention spéciale pour les magnifiques opales de Marc Alexandre, comme toujours, et le choix judicieux des gemmes de Tiber et de Soligems. Une jolie découverte également, avec la directrice artistique de Worms qui éveille les perles de Tahiti en une collection dans l’air du temps : Lock me up, avec ce petit cadenas inséré dans la perle et les formes modernes associées.

Avant de se concentrer sur les créations les plus conceptuelles de la majorité des expositions du Parcours Bijoux, ne manquez pas celle de la galerie Elsa Vanier qui fait la jonction entre ce monde de la joaillerie et la création contemporaine avec 12 créateurs autour du titane jusqu’au 23 novembre. Des créations fortes, surprenantes, poétiques ou tout simplement somptueuses.
https://www.elsa-vanier.fr/fr/content/16-exposition-en-cours
Je reviendrai sur les autres expositions prochainement.Capture d_écran 2017-11-19 à 10.54.50

Enfin, la Maison Edéenne est de retour de Montréal où elle a exposé une rétrospective de plus de 150 pièces joaillières et sera à Paris entre le 28 novembre et le 3 décembre 2017 avec une sélection d’une cinquantaine de pièces, dans une scénographie proche de celle de Montréal, uniquement en visite guidée avec ses conteuses…
Renseignements : me contacter !

Capture d_écran 2017-11-19 à 10.57.29

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Des bijoux dans tout Paris

 


Quelques photos pour ceux et celles qui n’ont pu passer au Carrousel des Métiers d’Art la semaine dernière. Cela aurait été l’occasion d’essayer la majesteuse bague de Karen Gay, prix de la Création du Salon Mes Créateurs Joailliers, ainsi que ses « petites soeurs », de voir les quartz habités de toute beauté de Bénedikt Aïchelé,  jouer au dés avec le modèle haute joaillerie d’Alexandre Iffrich ou profiter des belles gemmes de Tiber, du bijou « couture », la parure de papier et de diamants de la prometteuse Marie Grimaud (Métylis) et de bien d’autres encore… Heureusement, tous ces bijoux peuvent être revus dans les galeries, les show-rooms ou ateliers des uns et des autres…

La semaine à venir offre encore de nombreuses opportunités d’avoir les yeux brillants de créations d’une originalité et d’un savoir-faire uniques : Marie Charpentier expose aux Ateliers de Paris (hôtel de ville), Martin Spreng expose à son atelier jusqu’au 15 décembre, Lee  Hyun  Joung le 10 et 11 décembre avec ses bijoux et peintures.

Les galeries ne sont pas en reste : Jean Grisoni offre ses bijoux les plus radicaux à la galerie MiniMasterpiece, la galerie Elsa Vanier ouvre ses portes tout le WE du 10/11 décembre et son site propose une sélection spécial Noël, la galerie Sophie Etc… annonce un « Fabulous Day à la galerie ! » le dimanche 11 après midi , tandis que Barbara de Rouville (l’Atelier des Bijoux Créateurs) viendra à la rencontre du public à l’hôtel Cordélia le samedi 10.
Enfin, une belle découverte : l’exposition Bijoux Contemporains par la galerie Mouvements Modernes à l’hôtel Peninsula Paris. Designers ou bijoutiers, des noms qui sont souvent des références : Ute Decker, or éthique et colliers architecturés, la hélas défunte Nel Linssen et son art du papier, Arik Levy, Amélie Riech, Jordane Somville entre cuir et céramique, entre autres noms et matières insolites…

Galerie MiniMasterpiece : 16 rue des Saint Pères, Paris 7e
Galerie Elsa Vanier : 7 rue de l’Odéon, Paris 6e
Galerie Sophie Etc…: 2 rue Gambey, Paris 11e
Hôtel Cordélia (l’Atelier des Bijoux Créateurs) le 10/12 : 11 rue Greffulhe, Paris 8e
Hôtel Peninsula (Mouvements Modernes) : 19 avenue Kléber, Paris 16e (du jeudi au samedi jusqu’au 23/12)

 

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Amélie Viaene, féminité et imagination libérée

Amélie Viaene à la galerie ViviennePour le premier « pop-up store » de la joaillière Amélie Viaene, retrouvez la douceur des courbes de chaque bijou, la mise en lumière des pierres et son univers construit d’arches et d’ouvertures.
Heureux hasard, je la retrouve en lauréate radieuse du Grand Prix de la Création de la ville de Paris, catégorie Métiers d’Art, venant récompenser 10 ans d’existence joaillière.

Amélie Viaene s’était faite commercialement plus discrète ces 2 dernières années et de plus voyageuse (voyage au Japon pour le G7 Crafts Women Symposium). C’était une des premières créatrices que j’avais rencontrées au début de mon projet de portraits de créateurs. A la relecture et après l’avoir retrouvée presque 5 ans plus tard, mon écrit à son sujet m’a semblé fort réducteur. Peut-être mon regard s’est-il affiné, peut-être son travail a-t-il mûri ? Un peu des deux sans doute.

En 2012, j’avais mis en avant Amélie Viaene pour la façon dont elle nous laissait pénétrer dans les coulisses de la création, étapes par étapes. J’ai aujourd’hui identifié ce que sous-tendait cette particularité : une créatrice qui dessine, gouache, sculpte la cire et travaille le bijou jusqu’à sa finition. Rares finalement sont ceux qui mettent en œuvre toutes ces compétences et y sont de plus attachés.

Bagues d'Amélie Viaene à la galerie Vivienne img_9855J’ai retrouvé avec un plaisir renouvelé ses formes à la fois organiques et architecturales. Gaudi est venu sur nos lèvres, comme une évidence, un parallèle qui révèle cette sensibilité aux équilibres et à la lumière, aux courbes structurées s’ouvrant parfois à un univers  fantasque ou d’anticipation. Dans cet esprit, Enki Bilal est apparu aussi aux yeux d’un autre amateur, pour l’univers à la fois précis et laissant libre cours à l’imagination.

De l’ergonomie et de la précision comme un leitmotiv. Une exigence qui a engendré par exemple des alliances qui s’adaptent toujours à la forme de la bague de fiançailles.
Du glamour parfois, comme la nouvelle Rokia ou « les Gardiens », « bijoux manifestes » selon ses propres mots.
De l’imaginaire, aussi, au gré des rencontres et des titres qui s’imposent aux bijoux : Sunset, Bekko… et quelques intemporels, comme la bague « Graal », la si bien nommée…
De la féminité toujours, comme avec les « Ladies in waiting » à la fois ethniques et modernes ou les petites boucles d’oreilles « Akoya heels », presque futiles mais si délicates…

Bijous Amélie ViaeneEnfin, le mouvement… à la fois celui propre à la forme du bijou mais aussi celui lié à leur porté multiple, réfléchi et travaillé. La bague Hélice ou Cœur étaient parmi les premières dans cet esprit. Voici maintenant l’intrigante Rokia, à la fois bague pour 2 doigts et pendentif, dont on a hâte de découvrir la version or et diamant, l’est tout autant.
Nous parlions de maturité. Je vois dans Stardust, ces « dernières-nées », la prolongation de nombre de ses créations, on y retrouve les variations selon les angles de vues, les ouvertures et les croisements autour des pierres -très identitaires de la créatrice- et ce volume qui permet de magnifier l’ensemble. S’agissant de SA bague de mariage, n’est-ce pas là le signe du concentré de son art ?

Que dire encore ? Que voir ces bijoux en photos est plus qu’insuffisant pour percevoir le plaisir de les avoir au doigt ou au cou – sautoirs uniques et lumineux. Qu’il est délicieusement parisien de partager un moment dans ce joli lieu de la galerie Vivienne. Que la personnalité de cette belle jeune femme est à l’image de ses créations : à la fois puissantes et féminines, structurées et aériennes, réfléchies et fluides.

Avec ce Grand Prix de la création de la ville de Paris, nous espérons bien voir Amélie Viaene à nouveau régulièrement !

Jusqu’au 4 décembre 2016, boutique éphémère 41 Galerie Vivienne, Paris 2e, de 10h à 19h.

Publié dans l'exclusif de la joaillerie | Tagué , , , | 2 commentaires

Avez-vous le don d’ubiquité ?…

… Vous en auriez bien besoin cette semaine dès le 17 novembre 2016 pour les vernissages, et tout au long du week-end !

mescreateursjoailliers2016Comme toujours, la saison des mille feux du bijou de créateur s’ouvre à la mi-novembre. Un an après l’émotion et la conviction que « la Beauté sauvera le Monde », je vous convie à voyager avec les créateurs de joaillerie contemporaine, thème de cette 3e édition du salon Mes Créateurs Joailliers.
J’y retrouverai avec plaisir, entre autres, Lisi Lopez ou Marc Alexandre et leurs gemmes exceptionnels. Parmi les nouveaux noms de ce salon, j’ai une affection toute particulière pour la discrète Karen Gay dont les pièces exaltent au contraire une grande force tellurique, témoin de sa maîtrise du feu et des métaux…
N’oubliez pas que vous pouvez voter pour votre bijou préféré sur le thème du voyage :
Lien pour le vote : ici
Mes Créateurs Joailliers, du 19 au 21/11/ 2016 place St Germain des Prés : détails ici 

Animalité, exposition à la galerie Elsa Vanier

A quelques « pattes » de là, d’autres expressions toutes animales s’installeront à la galerie Elsa Vanier : du figuratif au symbolique, ces bijoux souvent pièces uniques choisiront d’exprimer la séduction de la parure, l’originalité des matières ou la sensibilité à ce monde animal. J’attends avec curiosité les créateurs invités spécifiquement pour cette exposition (Thomas V et Maxime Rips) et avec impatience les pièces de créateurs « permanents » de la galerie (comme Ambroise Degenève ou Marianne Anselin) qui se sont pris au jeu de ce thème parfois en marge de leur univers.
Vernissage le 17/11/2016, exposition jusqu’au 10/02/2017. Détails ici.

obart2016Enfin, les bijoutiers ne sont pas non plus absents de la rive droite au salon Ob’Art, privilégiant des matières variées (textile, céramique, plumes comme métal précieux – or et argent). Nous profiterons du passage à Paris d’ Aline Kokinopoulos, architecture et nature, de Mathilde Quinchez, l’épure et graine créatrice, et retrouverons aussi Yannick Mur, le métal devenu maille, et Esther Assouline pour les parures les plus précieuses. Et de nouvelles créatrices seront aussi à découvrir.. ainsi que bien d’autres objets de création pour préparer les fêtes (lien sur l’image).
Du 18 au 20/11/ 2016, Espace des Blancs Manteaux. Détails pratiques ici.

Enfin, samedi 19 novembre, la galerie Sophie etc… fête ses 10 ans. Du précieux au conceptuel, ce sous-titre explique fort bien les intentions d’une sélection qui se veut à la fois accessible et ouverte à un bijou qui nécessite parfois une mise en contexte avec l’enthousiasme de créateurs passionnés : Eliane Michel, Andrea Pineros ou Claire Wolfstirn pour n’en citer que quelques uns…
Exposition jusqu’au 3/12/2016.

galeriesophieetc10ans

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Empreintes du temps, Marianne Anselin

Les expositions personnelles ont une force particulière ; elles permettent d’ajouter une perspective temporelle aux réalisations, de comprendre la variété des expressions au regard des évolutions ou des constantes d’un artiste.
C’est ce que j’apprécie particulièrement dans l’actuelle exposition de Marianne Anselin à la galerie Elsa Vanier. Si les bijoux (et jusqu’à la scénographie !) ont été choisis en respectant la cohérence du thème, l’Empreinte -du temps, de la nature, de la main de l’homme…-, on aura aussi la profondeur de champ de pièces datant de 2008 aux côtés de toutes récentes. De sautoirs « mécaniques » à ceux inspirés de la nature, animale ou végétale, des bagues ‘cerisiers’ à celles nommées « Ma Cabane » en passant par les bagues « Plaisir »…

J’aime chez Marianne son appropriation de la matière, brute, rude, pour la rendre poétique et caressante sans ôter une certaine ambivalence à l’objet final. Dans les toutes dernières  pièces, le travail de la patine sur divers métaux devrait vous attirer l’oeil comme la main. Mon appétence pour son acier rouillé aussi doux que du cuir demeure toujours vivace ! Enfin,  je me régale des jeux de mots choisis par l’artiste, « Temps-Got, « Pas-sage », « Sautoirbre » ou des noms évocateurs « les mots que tu as murmurés à mon oreille », « ma cabane à ciel ouvert », « papillonner »… Le corps et l’esprit sont tout autant à satisfaire, n’est-ce pas ? Un titre ne m’est jamais anecdotique, c’est ici une invitation à poursuivre ou bousculer les intuitions de nos sens… Et sourire avec la créatrice de ses cheminements et de nos propres interprétations !

Instantanés du temps qui passe ? d’un état d’esprit ? d’une mémoire ? Les empreintes de Marianne ne sont pas faites uniquement de métal…

En images, mes coups de coeurs des nouvelles oeuvres pour cette expo :
Je tourne autour des manchettes de Marianne depuis toujours. Rares sont celles que je ne verrais pas à mon bras…

Les bagues de Marianne sont souvent impressionnantes de volume, il faut les mettre au doigt pour en apprécier l’ergonomie et découvrir quelques surprises !

Et enfin des colliers ou sautoirs qu’on nommerait en anglais « statement necklaces », avec quelques gros plans d’empreintes, sujet oblige…

 

Marianne Anselin, j‘Empreinte, exposition à la galerie Elsa Vanier jusqu’au 23 juillet 2016.

Publié dans l'épure du métal, l'onirisme de la haute-fantaisie | Tagué , , , | Laisser un commentaire